Sylvain Entressangle photographie presque exclusivement des femmes plus ou moins habillées. On le sent d’ailleurs dans l’œil du photographe, le jeu sur la limite de la pudeur du modèle, sur la sienne propre, sur celle de cette notion toute floue appelée "goût" bon ou mauvais. Difficile de dire si Sylvain Entressangle produit une œuvre répartie en séries parfois très différentes les unes des autres ou s’il pense ses travaux comme des petites séries bien réfléchies et que ces séries s’inscrivent dans un projet plus grand (je penche pour cette interprétation) mais ce que l’on constate est de cet acabit: des morceaux de partitions distincts qui prennent corps ensemble sur le fil du temps même si les recherches de l’auteur peuvent aller dans des directions très variées. Cet aspect me séduit. Les types qui osent, qui s’arrêtent pas à ce que l’on attend d’eux. Qui jouent des jeux, qui imitent, qui essaient.

Mais au départ, ce qui m’a le plus séduit c’est l’idée (qui recoupe la précédente) de ces superpositions sur ton noir et teintes violacées. Sans doute parce que je recherchais moi-même dans cette direction à ce moment donné et que j’ai beaucoup aimé son rendu…

Bref, j’espère vous proposer bientôt une autre sélection plus transversale des photos de Sylvain Entressangle et mon premier choix s’est fait sur cette série que j’ai réduite à 10 clichés.

Enjoy

>>> flickr