Quand j’entends Roarie, je pense toujours à cette petite voiture de courses pour enfants. Puis je divague sur sa manie du blink, son hyperactivité et ses dérapages permanents avant de me rappeler à l’élément central de cette modèle américaine si fine et gaulée, si tonique pourtant: la sensualité.

Roarie Yum, c’est la féminité du garçon manqué, la douceur de la tornade, l’énergie de la lascivité, la pudeur les jambes écartées, le déshabillage du spectateur dans un clin d’œil, la fusion dans une petite moue, la pâmoison dans la petite blague. On la sent encore la gamine explosive qui aime jouer, et dont les limites semblent inatteignables quand elle a la cravache à la main pour Prescott ou le plug du renardeau dans les photos de Fox Harvard. Et puis on est tout le temps rasséréné par cet élément quasi liquide qui se profile dans la douceur de ses longues jambes musclées, dans ses poses tranquilles, son regard si doux et profond derrière l’espièglerie.

Roarie Yum, c’est tout là

>>> tumblr

Voici ma sélection de 31 photos que je fais pour mon blog – avec sa permission (message subliminal à tous ceux qui viennent piocher ici sans jamais sourcer ni demander aux auteurs ou mdoèles).