« Rien ne prouve que vous [Dieu] ne soyez pas un petit éléphant rose né de ma gueule de bois métaphysique. » Robert Escarpit

« Il est bien peu de monstres qui méritent la peur que nous en avons » André Gide

   

Nos rêves les plus sains ne sont pas remplis de personnages qui ne nous veulent pas de mal et à visage et forme humaine. Nos rêves, par delà le bien et le mal, ne nous livrent rien qui ne soit pas déjà construit par un nous qui nous est autre. Le petit chaperon rouge est un texte d’une dureté que seul un enfant en pleine force peut toucher du bout des yeux, du fond du coeur, sans se brûler les artères, sans se boucher les rétines.

La crainte de ne pas se trouver soi, épanchée en questionnements permanents sur soi, sans avoir rien à mettre d’autre rencontré par soi en nous crée des monstres d’autant plus énormes et dangereux qu’ils sont les mêmes chez tous, les standards, les normes, les canons.
 
 

Cette figure rencontrée à l’orée d’un bois est un adjuvant, j’en suis certain.
 
 
 
 
 

 
 
Frédéric Fontenoy est aujourd’hui couru et connu pour des séries immergées dans un monde fétichiste ravissant. Image vintage qui rappelle certaines premières photos érotiques, personnages féminins en plein jeu, miroirs, mise en scène du photographe lui-même… en visitant son site on trouve de nombreuses autre perles dans des domaines bien différents d’ailleurs… j’espère qu’il me laissera encore vous montrer.

A voir donc :
http://www.fredericfontenoy.com/Site/Fontenoy.html