Soyons honnêtes, je ne comprends pas très bien les œuvres photographiques de Sacha Federowsky. C’est symbolique, ça touche au corps. Évidemment que ces triangles enluminés semblent tout droit sortis du screenplay de Twin Peaks et font penser à un élément divin, mystique ou simplement spirituel. Évidemment. Mais évidemment quoi ? Je n’ai pas grand chose à mettre derrière ces symboles, en tant que mots.

A dire vrai, encore, décidément, je ne crois pas que les artistes soient des gens qui ne trouvent pas les mots et les remplacent par d’autres moyens d’expression. Certains artistes maîtrisent les mots. Et surtout, l’art de parler n’est pas comme toutes les productions artistiques mêmes si celles-ci revêtent tous les aspects d’un langage. Je n’y crois pas parce que je n’ai pas envie d’y croire. Ensuite je justifierai jusqu’à la mort.

Je crois que certains d’entre nous mettent en mots certaines choses et d’autres pas, ou moins, ou mal. J’ai envie de faire confiance à Sacha Federowski. Lui, il a l’air de savoir ce qu’il fait, en tout cas de le maîtriser. Lui demande-t-on de savoir et de dire ? Non, on lui demande des photos.

Une liste des éléments rencontrés dans ses photos peut donc être dressée mais ne comptez pas sur moi pour vous indiquer un sens, une direction, une réponse. J’ai juste l’impression d’en trouver en moi quand je regarde. Mais ce sont des réponses photographiques, visuelles, extatiques.

Découvrez les photos de Sacha Federowski ici et là :

http://www.sachafedor.eu/
http://www.flickr.com/photos/sachafedor/