Ils sont nombreux à se réclamer d’une photo/graphie. Ils ont usé le jeu de mot jusqu’à la corde. Le fait même qu’ils croient à l’originalité de la trouvaille, du jeu de mots, montre déjà une faiblesse d’idées. D’autre part, un des médias est souvent utilisé pour palier aux manques de l’autre, sans jamais atteindre ne serait-ce qu’une perfection du milieu, un petit quelque chose.

Ce n’est ni le cas d’Ortiz, que je présente aujourd’hui, ni même celui d’Indiffident, qui avait été présenté avant dans deux articles ICI et .

Ortiz, c’est un projet plutôt graphique que photo, en tout cas pour ce que l’on peut en voir sur flickr, car même les photos seraient souvent à catégoriser « graphisme ». Mais les objets qui ressortent du mariage des deux domaines, à mon sens, rendent aussi bien service à l’un qu’à l’autre.

Je vous laisse découvrir, le reste est là :

http://www.flickr.com/photos/alejandroortiz/