Artisanal, émouvant, simple comme b.o/n_j_@.ur ou presque. La beauté de ces choses faites à la sueur d’un front qui ne cherche pas la gloire mais le faire n’est pas unique. Elle n’en est pas diminuée pour autant.

La force de l’inachevé de ces projets homemade ne sera jamais égalée par le lisse du pro, par la récup’ qu’en feront les marques, qui tenteront d’imiter l’underground réel, celui de ta cave, de mon garage, de la chambre à mémé.

La délectation que provoque en moi cette vidéo est la même que celle que j’éprouve devant les croquis ou esquisses qui ont donné lieu aux oeuvres « achevées ».

J’ai le goût du brouillon.