Sinapsi, qui a changé mille fois de prénoms dans ses pseudonymes et a un goût certain pour les origines françaises, est un habitué de ce blog. Il a déjà publié trois fois ici, dont une fois en « exclusivité ». Comprenez qu’il m’est difficile de remettre des mots sur ses œuvres, non parce que je l’ai déjà fait trois fois mais parce qu’au final, Sinapsi est tellement ici chez lui que mes yeux se sont laissés envelopper par la présence de ses photos comme une vieille robe de chambre confortable et au bord de l’épuisement du style l’aurait fait à mon corps.

Redécouvrez plutôt

>>> no face project

<<< 7 compositions

>>> volume, espace, corps

La série qu’il propose aujourd’hui est réalisée à l’argentique, au flash et à l’eau. Parce que Sinapsi c’est aussi ce type qui envoie tout balader, n’aime pas le confort des assurées répétitions et réinvente son style à chaque projet.

What her, par Sinapsi.