Après un troisième billet rempli de si jolies formes, de tant de grains et de moments si intimement factices, si fictionnellement réels, on peut conclure que theDeathofYouth est une quête de la femme aux lunettes noires, rencontrée dans ce petit parc semi sous bois et qui donne sur une mégalopole brûlée. La femme aux lunettes noires qui les aurait un peu laissé tomber sur le bout de son nez en même temps que sa culotte glissait sur ses cuisses et que ses seins se révélaient nonchalamment à nous. Obsession inconsciente ou conscience surexcitée ? J’ai un faible pour les moments de déshabillage, devant un mur ou sur un fauteuil.

Je suis fier de vous avoir présenter un peu plus de 60 photos de theDeathofYouth en 3 billets que vous pouvez retrouver ici

>>> rooms 1

>>> rooms 2

Et le photostream du photographe

>>> ICI