You are currently browsing the tag archive for the ‘erotic’ tag.


Capture d’écran 2013-02-25 à 15.45.09

 

 

Hommes, femmes, invitation, mise en garde, spectre ou chair… on ne sait rapidement plus si on doit continuer de se plonger dans ce qu’il advient d’emblée des photos de David Gomez M: un univers. En peu de caractères, avec un langage simple, une économie de moyens et la récurrence d’un jeu silhouette/environnement naturel les photographies transportent. Un voile, un traitement éthéré, un menton relevé dans un regard aguicheur ou un ventre creusé rentré pour créer des personnages de ces lieux inexistants…

Lire la suite »


Entre l’image qu’on se fait des types comme nous – comme vous – et nous, il y a vous, il y a nous. Et pire encore, il y a eux. Entre l’univers dégagé du regard qu’un public porte et celui mis en œuvre dans le pendant de la séance, il y  bien des métamorphoses. « Que veux-tu qu’on pense des gossips qu’il peut y avoir sur nous, je passe mes journées à photographier des nanas à poil » m’a dit Philippe Bourgoin, il n’y a pas 1 mois, dans ce qui ressemblait à l’antichambre de son QG. Et qu’est-ce qu’on en a à foutre, qu’on pourrait ajouter.

Lire la suite »


Après un troisième billet rempli de si jolies formes, de tant de grains et de moments si intimement factices, si fictionnellement réels, on peut conclure que theDeathofYouth est une quête de la femme aux lunettes noires, rencontrée dans ce petit parc semi sous bois et qui donne sur une mégalopole brûlée. La femme aux lunettes noires qui les aurait un peu laissé tomber sur le bout de son nez en même temps que sa culotte glissait sur ses cuisses et que ses seins se révélaient nonchalamment à nous. Obsession inconsciente ou conscience surexcitée ? J’ai un faible pour les moments de déshabillage, devant un mur ou sur un fauteuil.

Lire la suite »


Au départ, Sadie Von Paris est un modèle photo de ce petit microcosme parisien que je ne fréquente que du bout des cils, reclus et casanier que je suis, et à l’épreuve de ce temps d’égocentrisme où chacun est tellement replié sur lui-même qu’un blog promouvant autre chose que son joli petit caca à soi est pratiquement inconcevable. Au départ je ne sais pas en fait. Mais maintenant, Sadie Von Paris fait figure d’incontournable des modèles aux poses extasiantes de cet underground parisien bien réel.

Lire la suite »


Plus de mots, rien que les yeux pour apprécier theDeathofYouth

Lire la suite »


Une sélection de photos de Heck.

Lire la suite »


Plus de mots, rien que les yeux pour apprécier theDeathofYouth.

Lire la suite »


Arctic Lover Rock a changé de nom, avant il s’appelait Durutti Column et il avait été blogé ici

>>> Durutti Column

Son photostream est là

<<< Flickr

Lire la suite »


Les autres photos de Pavel Kiselev sont sur ces différents liens. Vous pouvez aussi acheter ses livres autoproduits sur blurb.

>>> Flickr

<<< site officiel

Lire la suite »


On succombe vite de nos jours. On tombe à l’aise en pâmoison. On s’émeut d’un rien, on clique, on like, ça vibre. Court mais fort. Quoi, t’as raté ça ? Attends, on te ressert le même plat dans cinq minutes. Comme les burgers à McDo: t’es prévu dans le déroulement du processus. T’es pas juste un élément du décors non plus, on te soigne, on s’occupe bien de toi. T’es la vache qui va à l’abattoir toute seule, avec les ballons en hélium de la marque accrochés au bras. Mais il faut reconnaître que c’est vachement bien l’hélium aussi…

On succombe vite de nos jours. On se pâme à l’œil en personne. « Énorme », « géant », « mastoc », « mais tellement », « mais trop »… le regard avide de quantifier, l’art à vide bien décanté… les mêmes images partout, des photos nulle part ou si peu.

J’ai mis du temps à voir dans les photos d’Insuh. Des années à voir. Parce que ce n’est pas souvent très esthétisant, comme on dit. Parce que la technique ne coupe pas le souffle non plus. Parce que les filles ne sont pas d’excentriques canons standards. Évidemment qu’on peut être standard et excentrique, la marginalité généralisée.

Et puis en y retournant, et dans la vision accumulée de tous ces clichés, j’ai vu au-delà des culs, à travers les corps, dans les regards. Je me suis dit que c’était ça, qu’il y avait une démarche, une proximité au modèle, un jeu sur la limite du montrable, une volonté de décentrer, de ne pas faire le cliché cliché. Ou bien ce sont mes propres habitudes dont il faut que je me méfie, de moi-même, de mon regard, de mes éternelles envies de contrepied… j’ai toujours vu plus d’authenticité dans le regard moins conventionnel d’une modèle comme celles d’Insuh que dans l’édulcorant des transes surjouées de nos mannequins-actrices-chanteuses mondiales.

C’est comme ça. Lalalala. C’est comme Insuh. Ca vibre moins mais ça vit. C’est là. A côté des solutions chlorées des magazines lustrés. Ca vit. C’est plutôt à nous de redescendre au niveau de la vibration juste que d’attendre que ça s’excite. On repart avec un bout à soi. On découvre que rendre belle une fille à soi, à elle et aux autres peut être fait avec une plus grande part de ce qu’on a pour faire que par ce qui est améné d’ailleurs, tous ces faux suppléments d’âme, suppléments d’art.

Ses autres photos

>>> Insuh

<<< site

>>> tumblr

Lire la suite »

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 11 581 autres abonnés

WARNING – ATTENTION

18 + BLOG

If you're under 18, please read THIS instead.

Si vous avez moins de 18 ans, lisez ÇA plutôt.

My Fan Page

twitter

my flickr

La bouche. Recherche numérique  Avec Romy Alizée

Cut Cam

Au bord...  New serie exclusively at http://lobbiaz.findrow.com

Lignes Avec M  Soon on http://lobbiaz.findrow.com

Plus de photos
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 11 581 autres abonnés